La Boite de Julie Zenatti Index du Forum

La Boite de Julie Zenatti
Un forum convivial sur Julie Zenatti

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Bienvenue 
La Boite de Julie , un forum convivial pour tous




******************************************************************************

La vidéo du mois






***************************************************************************************************





*****

Venez voter pour le forum ici :
http://www.celebrinet.com/topvotes.php?nm=La bote de Julie&nf=Julie Zenatti&cs=18679&cf=/musique/chanteuses/julie_zenatti
   
 
 
 
 
 
 
 
Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web. ForumLinker.com : Annuaire des forums Annuaire Gratuit Bestclic.FrForums sur Univers de la musique L'annuaire des sites web de qualité Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web.
Site pour AdosAstro people
Annu-Forums.fr[/center]
Les histoires de Barbie Girl
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La Boite de Julie Zenatti Index du Forum -> La Boite des Zens -> Le Talent des Zens -> Textes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Barbie Girl
Nous couvre de force et de courage
Nous couvre de force et de courage

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2008
Messages: 2 064
Localisation: Hongrie
Date de naissance: 28/12/1990
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 馬 Cheval

MessagePosté le: Lun 1 Aoû - 11:10 (2011)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl Répondre en citant

Alors, comme j'ai déjá mentionné, j'ai écrit qqs histoires qui sont pas fanfictions parce que j'écris pas des personnages des différentes séries ou qc mais j'écris des histoires individuelles et j'utilise les photos des acteurs, chanteurs, etc mais les histoires sont pas sur eux!

L'histoire que je commence a traduire pour vous a le titre "Orage et désir" et j'écris sur Laura et Fabrizio (en utilisant les photos de Julie et Patrick Fiori).

Le sommaire: Fabrizio rencontre Laura dans un bar quand il boit comme un trou parce que sa fiancée l'a trompé. Il passe une nuit tres passionée avec Laura. Mais matin, la fille lui dit qu'elle a un petit ami qui ne serait pas heureux s'il y trouvait Fabrizio... Le gars s'en va vite mais il ne peut pas oublier la fille. Pourtant ce serait mieux s'il l'oubliait car Laura travaille chez Promod qui est la concurrence de Gucci oú Fabrizio travaille... En plus, Laura vient de recevoir une commision de sa patronne: elle doit acquérir un tres important projet de l'autre grande marque. Sa patronne espere que ce projet va rendre beaucoup d'argent pour eux. Lors Laura et Fabrizio essaient tenir secret qui ils sont, ils se tombent l'amour de plus en plus... Mais il y aura beaucoup des complications en attendant qu'ils se trouveront.

Alors, j'espere que vous allez aimer cette histoire de 72 chapitres! Amusez-vous bien! Smile
_________________
Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Lun 1 Aoû - 11:10 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Barbie Girl
Nous couvre de force et de courage
Nous couvre de force et de courage

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2008
Messages: 2 064
Localisation: Hongrie
Date de naissance: 28/12/1990
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 馬 Cheval

MessagePosté le: Lun 1 Aoû - 11:13 (2011)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl Répondre en citant





1er chapitre: Laura et Fabrizio    
     
Fabrizio a bu la derniere goutte de vodka. Il n’a plus compté combien de verre d’alcool il boit.
-Daniel! Donne-moi encore un! –dit-il au serveur.



-Assez, Fabrizio! Tu es saoul.



-Non, j’suis pas. Donne-moi encore un!



-Non, je te donne pas! Rentre et va au lit! Je crois que tu vois deux de moi…



-Et pourquoi ca t’intéresse?! – il a pu s’asseoir á peine sur la chaise.



-Parce que tu es mon ami et je ne veux pas que tu te tombes totalement. Je sais bien, c’est un sentiment tres moche que ta fiancée t’a quitté, mais…



-N’interviens pas dans ma vie! Tu ne comprends pas. J’aimais Isabelle.



-Mais tu dois oublier la rupture.



-Alors, tu vois. Je l’oublie  – Fabrizio a pris la bouteille de vodka á Daniel et il s’est versé.



-Hé, assez! – Daniel a pris la bouteille á Fabrizio et il a rangé tous les alcools.



-Pourquoi tu fais ca? – le gars a pu parler á peine mais il n’a pas cru qu’il dépassait la mesure.



-Parce que je veille sur toi. Si ta mere te voyait…



-Mais elle me voit pas parce qu’elle est á la maison… á Milan…



-Mais ton pere aussi, il te donnerait une gifle! Un de tes yeux visiterait l’autre... Ben, si je te regarde mieux… - Daniel a vu Fabrizio. –Tes yeux déjá se croisent.



Fabrizio a bu son nouveau verre de vodka et puis il a jeté le verre sur le zinc.



-Daniel… Encore un… - regarde-il le serveur.



-Non! Rentre! Je vais te héler un taxi.



-N’en héle pas. Je peux rentrer seul.



-J’en doute.



-Mais pourquoi je devrais rentrer? C’est tres agréable ici… Familial… Rentrer á Isabelle, cela me dit rien. Elle fermerait la porte au mon nez. Elle pense que c’est ma faute qu’elle a couché avec ce gars-lá… - Fabrizio a jeté son verre par terre.



-Hé, hé, hé! Veille sur l’assortiment!



-Ah bah, Daniel! Ils sont des stocks qui vont s’épuiser.



-Sors! – Daniel a montré vers la porte.



La porte s’est ouvert et une belle, blonde fille est entrée.



-Salut, Dan! – dit-elle et s’est assis au bout du zinc.



-Salut, ma belle! – Fabrizio a regardé ensorcellé la fille. –Tu sais que veulent les mecs… - il a regardé les formes de la fille.



-C’est une galanterie?



-Pardon, je n’en sais pas plus maintenant.



La fille a branlé la tete en sourant.



-Dan, l’habituel, s’il vous plait! – dit-elle au serveur.



-Un moment, ma chérie!



-Une belle galanterie m’est tombé dans la tete – Fabrizio s’est assis plus pres á la fille. –J’ai vu une tres belle fleur, mais elle n’était pas si belle comme toi…



-Oui, je connais celle-la. Et l’autre aussi: „mon pere a volé deux étoiles du ciel et il les a mis aux places de mes yeux, c’est sur”.



-Euh… Je ne la connais pas mais c’est tres bien!



-Tiens – Daniel a mis un verre devant la fille. C’était un martini avec double glaces et un quartier de citron.



-Hé, Dan! Elle a recu d’alcool mais je n’en ai pas recu? – Fabrizio a jeté sa clé en se révoltant sur le zinc.



-Il y a une nuance! Tu es trop saoul mais elle vient de venir. En plus, tu n’as plus d’argent.



-Ah bah, Dan! Sois pas coriace! Donne-lui encore un petit verre – la fille a sourit á Fabrizio. –Je l’invite.



-Merci.



-Fabrizio, ne sois pas pareil avec une dame! Tu ne devrais pas l'accepter.



-Laisse-le, Dan. Je l’ai offert.



-Mais ce n’est pas un probleme qu’il n’a pas d’argent, ma chérie. Il détruit l’assortiment depuis longtemps. Il peut s’asseoir á peine sur la chaise.



-N’aie pas peur, Dan – la fille est restée tranquille. –Il ne sera pas plus saoul. Encore un verre d’alcool, cela ne compte pas.



Daniela a branlé la tete et il a versé un nouveau verre de vodka á Fabrizio.



-Mais c’est le dernier!



-Merci – Fabrizio est tourné vers la fille. –Alors, ma fée, je crois que tu sais mon nom. Mais je ne sais pas le tien.



-Laura.



-C’est beau. Mais bon, je vais t’appeler Bella.



-Tu es italien, n’est-ce pas?



-Oui, pour moitié italien, pour moitié francais. Et toi?



-Je suis totelement francaise – Laura a bu son martini. –Et pourquoi tu passes ta soirée ici? Je pense que tu aurais un mieux programme. Par exemple avec ta copine.



-Je n’en ai pas. J’avais une fiancée mais nous avons rompu.



-Ah, je vois. Et c’est pourquoi tu bois comme un trou, n’est-ce pas?



-Oui.



-Quand vous avez rompu? Parce que  tu portes encore ta bague.



-Cet apres-midi. Elle m’a trompé.



-O, c’est terrible. Et qu’est-ce que tu vas faire?



-Je ne sais pas. Peut-etre, tu m’aiderais á oublier Isabelle – Fabrizio a regardé Laura tres passionément.



-C’est pas possible.



-Mais pourquoi? – le gars s’est assis plus pres á la fille, et il a mis sa main sur la jambe de la fille.



-Tu es sérieux? Nous nous connaissons depuis 20 minutes!



-Et alors? S’il te plait…



-Fabrizio, tu es saoul.



-Je sais, mais je te veux tres fortement. Je te veux á la fureur, Laura…



-Quelle heure est-il?



-Une heure et demi du matin.



-Ben, allons chez moi!



Laura ni pouvait ni voulait résister. Fabrizio était trop saoul mais il n’était pas empeché qu’il passait tres bien sa nuit…



_________________


Dernière édition par Barbie Girl le Mar 2 Aoû - 19:08 (2011); édité 3 fois
Revenir en haut
MSN
Ze Lamélie
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Oct 2008
Messages: 18 410
Date de naissance: 14/11/1981

MessagePosté le: Mar 2 Aoû - 12:26 (2011)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl Répondre en citant

intéressant hâte de savoir la suite
_________________


merci Jona http://sayana.frbb.net/t3231-36-kit-julie-zenatti
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Barbie Girl
Nous couvre de force et de courage
Nous couvre de force et de courage

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2008
Messages: 2 064
Localisation: Hongrie
Date de naissance: 28/12/1990
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 馬 Cheval

MessagePosté le: Mar 2 Aoû - 19:01 (2011)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl Répondre en citant

Merci Aurélie!!! Smile

Alors, voila la 2eme chapitre



2eme chapitre: Arriver en retard  
   
-Fabrizio, leve-toi!


-Qu’est-ce qu’il y a?



-Il y a du matin! – Laura a essayé tirer Fabrizio du lit. –Dépeche-toi, s’il te plait!



-Pourquoi? Peut-etre la maison brule? – Fabrizio ne savait pas oú il était.



-Non, mais si tu ne disparais pas dans dix minutes d’ici, tu mouriras!



-Laura… Je comprends pas…



-Bon – la fille s’est assis sur le lit. –Je te l’expliquer vite. Mon copain va rentrer dans quelques minutes et s’il te trouve ici, il te tuera. C’est compris?



-Quoi??? – Fabrizio a repris ses sens toute de suite. –Tu as un mec?



-Oui.



-Et… Mais pourquoi tu as couché avec moi? Je veux dire…



-Nous vivons dans une ouverte relation.



-Mais c’est trop ouverte…



-Je ne commence pas l’expliquer parce que tu ne vas pas le comprendre. Allez, range tes affaires et au revoir!



Fabrizio voulait poser encore quelques questions mais quand il a vu la fille, il s’est apercu qu’il n’avait pas du temps pour questionner. Il a rangé ses affaires et il a été pret dans cinq minutes. C’était un record sous le rapport de son état du soir prochain… Il avait mal á la tete, alors Laura l’a donné un analgésique.



-Laura…



-Oui? – ils étaient á la porte, et la fille a voulu fermer la porte.



-Tu sais, nous avons fait quelque chose…



-C’était la premiere et en meme temps la derniere fois. Une nuit, pas plus.



-Alors, cette nuit ne dit rien pour toi?



-Non, et á mon avis non plus pour toi. Nous devons oublier cette affaire. J’ai un copain, tu as une fiancée…



-Qui m’a trompé.



-Et alors? Toi aussi, tu l’as trompée, alors vous etes pretes. Tu dois pas lui donner des explications. Rentre et réconciliez-vous.



-Je ne rentre pas á elle. Mais je voudrais demander ton numéro…



-Tu le demanderais mais je vais pas le dire. C’est le meilleur pour nous. Alors, va t’en parce que si Nicolas te trouve ici…



-OK, OK, je pars. Au revoir!



-Au revoir.



Fabrizio est arrivé á dix heures et demie á son lieu de travail. Il est tombé á la porte et il s’est assis á son bureau. Ses collegues l’ont demandé en sourant oú il était jusqu’á maintenant.



-Euh, comment je peux dire… J’avais une fatigante nuit…



-Attention, le pépé s’est levé du pied gauche… - un de ses collegues a dit en référant á leur „cher” patron.



-J’espere qu’ il ne sait pas encore que je suis arrivé en retard…



-DUBOIS!!! – il a entendu son nom. Son patron a crié. –Venez au mon bureau! TOUT DE SUITE!!!



-O… Je n’espere rien… - Fabrizio s’est dirigé vers le bureau de son patron. –Bonjour – il a dit quand il est entré.



-Dites-moi, Dubois, selon vous il y a encore du matin?



-Euh… Vous savez…



-Asseyez-vous! – l’homme a fait une sortie contre Fabrizio.



-Oui – Fabrizio s’est assis et il a essayé regarder intelligemment á son chef qui était tres furieux. Fabrizio n’a pas essayé trouver des excuses.



-Dites-moi, oú étiez-vous jusqu’á maintenant?!



-Jusqu’á quand?



-Est-ce que vous savez quelle heure est-il?



-Euh… Non… - il savait quelle heure il était mais l’avouer á son chef, il n’en avait pas envie.



-Il est onze heures tout de suite! Qu’est-ce que vous avez fait jusqu’á maintenant? Pourquoi vous vous trainez au bureau maintenant?



-Vous savez… C’était…



-Non, non! Ca me regarde pas! Gatez votre vie si vous voulez! Mais encore je suis votre chef et je dois vous éduquer parce que vos parents ne l’ont pas fait…



-C’est compris, Monsieur Douillet – les pensées de Fabrizio étaient tres loin. Il n’a pas compris ce que son chef lui disait. Mais ca ne le regarde pas. Il avait une pensée: s’il sort d’ici, il boira un café. S’il en boit, il va reprendre ses sens. La pensée du café l’a mis de bonne humeur et il a sourit.



-Pourquoi vous ricanez? C’est amusant ce que je dis?



-Non… - il a pu étouffer á peine son sourire.



-Vous avez ricané comme celui qui s’est déchroché la machoire. Je vous offre de reprendre vos sens parce que nous ne serons pas en bonnes termes. C’est clair?



-Comme bonjour.



-N’amusez-vous pas avec moi, Dubois. Vous etes en bonne humeur mais bientot, vous n’en allez pas etre. A l’avenir, on m’annoncera quand vous vous trainez au bureau. Il n’y a plus de retard, c’est compris? Ca me regarde pas si votre voisin vous a amusé de belles paroles, s’il y avait un emboutaillage, s’il neige en roux (c’est une hongroise expression) ou des vieilles femmes tombent du ciel: soyez ici á huit heures! Si vous arrivez en retard encore une fois, je vous virerai si bien qu’on va croire que mon empreinte est une vignette sur votre cul! C’est compris, Dubois?



-Oui, Monsieur Douillet.



-Allez, dégagez! Votre exposé sera sur mon bureau á midi.



-Mais… Je n’ai pas du temps!



-Ca me regarde pas. Résolvez. Sortez!



Fabrizio est rentré á son bureau et il a commencé á écrire furieusement son exposé. Il a pensé encore á Laura et il a décidé d’ aller á elle apres-midi. Advienne que pourra.




_________________


Dernière édition par Barbie Girl le Sam 17 Sep - 17:46 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
MSN
Ze Lamélie
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Oct 2008
Messages: 18 410
Date de naissance: 14/11/1981

MessagePosté le: Mer 3 Aoû - 10:16 (2011)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl Répondre en citant

intéressant j'imagine bien la tête du chef lol
_________________


merci Jona http://sayana.frbb.net/t3231-36-kit-julie-zenatti
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Barbie Girl
Nous couvre de force et de courage
Nous couvre de force et de courage

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2008
Messages: 2 064
Localisation: Hongrie
Date de naissance: 28/12/1990
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 馬 Cheval

MessagePosté le: Mer 3 Aoû - 19:32 (2011)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl Répondre en citant

Merci Aurélie pour ton avis!!! Smile  Je suis heureuse que tu aimes mon histoire Smile Je continue a traduire Smile
Grosses bises
_________________
Revenir en haut
MSN
Barbie Girl
Nous couvre de force et de courage
Nous couvre de force et de courage

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2008
Messages: 2 064
Localisation: Hongrie
Date de naissance: 28/12/1990
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 馬 Cheval

MessagePosté le: Jeu 4 Aoû - 13:52 (2011)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl Répondre en citant

3eme chapitre: Les autres…  
 
Fabrizio a quitté le bureau 30 minutes plus tard. Il savait qu’il aurait des problemes (surtout que le matin, il est arrivé en retard) mais il n’en s’est pas inquieté. Il voulait parler avec Laura.Il a facilement trouvé l’immeuble oú Laura habitait. C’était un record, vu que la nuit, il était trop saoul de mémoriser les rues. Il est monté l’escalier et il a frappé á la porte. Personne n’est venu. Il a frappé á nouveau. Cette fois-ci aussi, c’est seulement le silence qui a répondu.

-C’est pas possible… Sois á la maison! Sois á la maison! – dit-il. –Tu dois etre á la maison! Laura!

Enfin, il a entendu quelqu’un venir. Il s’est caressé les cheveux et a fait un pas en arriere. Un homme a ouvert la porte. Fabrizio a su tout de suite que ce mec devait etre le copain de Laura.

-Hello – dit-il. –Qui est-ce que vous cherchez?

-Euh… moi… - Fabrizio ne savait pas que dire. Peut-etre le mec sera jaloux. Mais s’il dit qu’il est un ami de Laura, il pourra entrer. Mais c’est pas bon comme ca. Il ne peut pas etre tete á tete avec Laura.

-Alors?

-Je suis un ami de Laura. Je voudrais parler avec elle.

-Nicolas! Qui est-ce? – Laura a crié de la chambre.

-Un de tes amis. Il voudrait parler avec toi.

-Un ami??? Mais qui… - Laura est arrivée. –Fabrizio!

-Salut.

-Toi? Mais… - Laura n’a pas trouvé de mots. –Qu’est-ce que tu fais ici?

-Je suis venu pour parler avec toi.

-Écoute, c’est pas tres bon en ce moment…

-Je vais pas vous déranger. C’est promis.

Nicolas n’était pas tres heureux de voir que Fabrizio a détruit leur apres-midi. Laura aussi a trouvé totalement absurde que le gars voulait entrer – en voyant qu’elle n’était pas seule. En plus, elle était avec son copain…

-Hé, mon vieux, tu veux pas revenir un peu plus tard? – demande Nicolas en s’appuyant au jambage de la porte. –Comme tu vois, on passe un apres-midi tres romantique.

-Déso. Mais moi, je dois parler avec Laura tout de suite.

Fabrizio a contourné Nicolas et est entré. Laura a regardé son copain et a su tout de suite ce qu’il voulait dire.

-Non, ne dis rien, Nicolas. Je parle avec lui vite et apres, je suis la tienne. C’est promis.

-Bon. Mais termine ce papotage en un clin d’oeil! Dans quelques minutes, je veux pas voir ce gars italien. D’ailleurs, comment vous vous etes rencontrés?

-Ah, c’est pas important.

-Je ne l’ai jamais vu pourtant on est ensemble depuis longtemps.

-Euh… Tu sais… - Laura a essayé de trouver des explications. –Il est allé travailler aux Etats Unis quand je te connaissais pas encore. Et maintenant, il est rentré.

-Je vois. Mais ne le laisse pas rester pour longtemps chez nous.

-OK.

-Si ca te dérange pas, je me joins á vous.

Oh merde! Laura s’est trouvée dans une situation tres embarrassante. Alors, maintenant, qu’est-ce qu’elle fait? Nicolas devrait quitter pendant elle parle avec Fabrizio. Mais non, il veut rester ici!

Fabrizio s’est couché sur le canapé et a regardé tous les coins de la salle de séjour. Il a regardé les photos de Laura et Nicolas aussi. Il a constaté que Nicolas était un beau mec mais lui-meme, il irait mieux avec Laura.

-Alors, dis-moi, Fabrizio, pourquoi tu veux parler avec moi? – entre Laura.

-Tu sais, la nuit derniere… - commence Fabrizio mais en ce moment, Nicolas entre. –Il y avait un petit incident…

-Oh, mais qu’est-ce que tu as fait? – Laura a compris que Fabrizio ne voulait pas parler de leur nuit devant Nicolas.

-Tu sais, j’ai couché avec une fille…

-Bon, c’est pas rare…

-Oui, mais j’ai une fiancée. Cependant, elle m’a trompé donc c’est pourquoi j’ai passé la nuit avec une autre fille.

-Alors, c’était juste une vengeance?! – Laura l’a fait des yeux ronds. –C’est pas tres beau, tu sais, n’est-ce pas?

-Mais je me suis apercu que je voulais cette fille. Je suis pret á quitter ma fiancée pour elle.

Laura était toute penaud.

-Et la fille… elle le sait?

-Peut-etre… Mais il y a un petit probleme: elle a un copain.

-Alors, c’est un fruit défendu. Selon moi, tu devrais la laisser tranquille.

-Mais moi, je vais pas la laisser courir. Je l’aurai – á tout prix!

Fabrizio s’est mis debout et est allé vers la porte. Mais il est tourné.

-Merci Laura de m’avoir entendu. Maintenant, je vais mieux.

-Et c’est sur que la fille te laissera de la séduire?

-Ben, en connaissant mon charme, j’aurai pas fort á faire avec elle. Et je laisserai pas tomber cette affaire.

Quand Fabrizio est sorti, Laura était encore toute pale.

-Ca va, Laura? – enlace-la Nicolas.

-Oui.

-C’est sur? Parce que depuis ton ami est sorti, tu as l’air tres bizarre.

-Non… je suis seulement fatiguée. C’est tout. Je prends une douche pour aller mieux.

Fabrizio marchait chez lui en sifflotant. Il était content de dire tout á Laura. Quand il est arrivé, sa gaieté est passé tout de suite. Sa fiancée, Isabelle l’attendait chez eux.

-Oú étais-tu? Je t’attendais.

-Et alors? Pourquoi ca t’intéresse oú j’étais? – Fabrizio a haussé les épaules et est allé vers la chambre.

-Mais ca m’intéresse. Je suis ta fiancée.

-Non, tu n’es plus ma fiancée. Tu m’as trompé si je me souviens bien. Et apres tout ca, tu viens et essaies de faire comme si rien ne s’est arrivé?

-Fabrizio, écoute…

-Non, je t’écoute pas! Tu as tout dit hier. Va chez ton amant! Je vais pas t’empecher. Tu fais ce que tu veux. Tiens – Fabrizo enleve son alliance. –Tu vois? Celle-la ne nous lie plus – il jete l’alliance sur la terre. –Et maintenant, va t’en, s’il te plait. J’ai un tas de choses á faire. Je voudrais finir mon travail. Si je suis pas pret en temps, mon patron sera vachement furieux.

-J’espere qu’un jour, tu me pardonneras… - Isabelle baisse la tete.

-Écoute, Isabelle. Ici, il s’agit pas de te pardonner. Tu m’as trompé. En plus, tu l’as fait avec une alliance au doigt. Rien ne m’intéresse en rapport avec toi. Range tes affaires, s’il te plait et va t’en. Nous avons rompu donc rien ne t’empeche de déménager chez ton amant.

-Je suis si désolée, Fabrizio… Moi, je voulais te dire mais la situation n’a pas permis…

-Je connais celui-ci. Je veux pas l’entendre encore une fois. C’est la derniere fois que je te demande: va t’en!

-Fabrizio…

-Je m’occupe plus de cette affaire. Et pour que tu saches: j’ai déjá passé notre amour. Je pleure plus pour toi.

-C’est assez tot que tu as trouvé quelqu’un…

-Oui, mais dans ce cas aussi, tu as gagné, puisque nous étions encore ensemble quand tu avais déjá couché avec quelqu’un d’autre. Pas besoin de dispute. Range tes affaires et au revoir.

Fabrizio a regardé cette affaire comme une partie de son passé. Il a tourné le dos a son ex-fiancée et a fermé la porte de la chambre. Isabelle ne l’a plus intéressé. Mais Laura… ben, il pensait á personne mais á la fille!


_________________
Revenir en haut
MSN
Ze Lamélie
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Oct 2008
Messages: 18 410
Date de naissance: 14/11/1981

MessagePosté le: Jeu 4 Aoû - 15:07 (2011)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl Répondre en citant

si j'ai bien compris fabrizio et laura c'est les photos de julie et patrick donc garou et hélène c'est nicolas et isabelle ?
_________________


merci Jona http://sayana.frbb.net/t3231-36-kit-julie-zenatti
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Barbie Girl
Nous couvre de force et de courage
Nous couvre de force et de courage

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2008
Messages: 2 064
Localisation: Hongrie
Date de naissance: 28/12/1990
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 馬 Cheval

MessagePosté le: Jeu 4 Aoû - 15:19 (2011)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl Répondre en citant

Oui.. Very Happy Very Happy Quand j'ai écrit cette histoire (en 2007), j'étais une énorme fan de NDDP donc c'est pourquoi j'ai choisi les chanteurs de la comédie musicale pour illustrer les chapitres Smile
_________________
Revenir en haut
MSN
Ze Lamélie
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Oct 2008
Messages: 18 410
Date de naissance: 14/11/1981

MessagePosté le: Jeu 4 Aoû - 18:44 (2011)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl Répondre en citant

d'accord
_________________


merci Jona http://sayana.frbb.net/t3231-36-kit-julie-zenatti
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Barbie Girl
Nous couvre de force et de courage
Nous couvre de force et de courage

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2008
Messages: 2 064
Localisation: Hongrie
Date de naissance: 28/12/1990
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 馬 Cheval

MessagePosté le: Lun 22 Aoû - 15:16 (2011)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl Répondre en citant

 4eme chapitre: Laura recoit une commission     
 
-Laura! Attends!-Oui, Madame Valéry?
-Je voudrais que tu viennes dans mon bureau pour quelques minutes. Je veux parler avec toi sur un sujet tres important.

Laura espérait que sa patronne ne voulait pas demander son avis de sa nouvelle coiffure parce qu’elle était terrible. Si elle l’avoue, elle pourra dire au revoir a son lieu de travail.

-O, mais sois pas si effrayée! – sourit Madame Valéry. –Je voudrais te donner une commission de faire un travail tres important.

-Ah, oui?  - elle se sentait mieux. Mais elle n’était pas encore calme. Si elle voudrait la demander d’apporter son tailleur du teinturier? Et voila, une nouvelle tache qui n’est pas la partie de son poste. Elle avait peur de dire quelque chose tres moche si sa patronne la demande á faire une tache pareille.

-Comme tu surement sais, notre rival a gagné un concours de projet qui va leur rendre beaucoup–beaucoup d’argent. Mais ils sont pas assez bons pour le réaliser – Madame Valéry a contourné la chaise de Laura.

-Et comment vous savez ca?

-Ah bah, ma chérie! Toi aussi, tu dois le savoir. On est des rivals pour longtemps et pendant notre guerre, nous avons appris leurs points faibles. Et maintenant, on attaque ces points.

-Et comment je peux vous aider?

-Prends le projet pour nous, Laura. Le plus tot possible.

-Et si je réussis pas?

-Mais tu vas réussir. Ca m’intéresse pas comment mais prends-le. Si tu réussis, je te promouvrai.

-Merci.

-Remercie apres l’avoir pris. Mais ce sera pas facile, j’espere que tu sais. Tu rencontreras beaucoup d’obstacles. Si c’est nécessaire, tu peux préférer des moyens malhonnetes.

-Mais c’est pas moi!

-Regarde, Laura. Si tu l’entreprends pas, je te promouvrai pas. C’est pas chantage, je juste t’avertis de perdre une tres grande chance de ta vie si tu dis non. Et bon, c’est pas obligatoire d’utiliser des „moyens malhonnetes”.

-Madame Valéry, c’est offre est tres attirante mais je sais pas que dire.

-Tu as pas beaucoup de temps pour décider, Laura. Je voudrais que tu décides tout de suite.

-Tout de suite? Mais…

Sa patronne la regardait avec attention. Laura a soupiré.

-D’accord. Je l’entreprends.

-Merci, Laura. Je suis sure que tu réussiras.

Laura a quitté le bureau de sa patronne et s’est appuyée au mur. Elle a fermé ses yeux. Elle ne pouvait pas croire que sa patronne lui avait donné une commission comme ca. Elle savait bien: si elle ne réussit pas, „au revoir, promotion!”. Mais au fond de son ame, elle sentait le succes. Elle est tres douée! Mais une chose la dérangait: „Si c’est nécessaire, tu peux préférer des moyens malhonnetes.” Ce projet ne peut pas etre si important! Bon, il s’agit de leur rival mais elle ne voulait pas leur faire mal. Peut-etre, Madame Valéry a pensé á utiliser ses graces féminines. Mais elle ne voulait pas faire ca. Elle a déjá trompé Nicolas donc elle ne voulait pas coucher dans le lit de quelqu’un d’autre.

Enfin, elle s’est tranquilisée et s’est faite croire qu’elle pourrait éviter de faire quelque chose qu’elle ne veut pas. Elle est rentrée dans son bureau et a continué son travail. Elle a déballé les gateaux qu’elle avait acheté le matin. Elle étudiait les schémas et a essayé de manger les gateux en évitant de salir les papiers.

Laura travaillait chez Promod oú elle était chef du rayon des vetements pour dames et elle adorait son travail. Avec sa patronne, elle était en bonnes termes et comme j’ai déjá mentionné, sa patronne l’envoyait tout le temps chez le teinturier pour apporter son tailleur ou elle demandait Laura de dire son avis de sa nouvelle coiffure ou de certains de ses vetements. Mais ca arrivait parfois que Laura devait sauver sa patronne quand son mari la cherchait et elle était avec son amant… Mais parfois, elle voulait dire son vrai avis á Madame Valéry parce qu’elle n’était pas toujours d’accord avec sa patronne.

Mais bon, elle était contente avec son travail et sa vie. Elle sortait avec Nicolas depuis deux ans et ils vivaient ensemble depuis six mois. Tout allait bien jusqu’a la nuit quand Laura a rencontré Fabrizio dans Baccara. Ou bien, c’est seulement Laura qui pensait comme ca parce que Fabrizio était heureux de rencontrer la fille. Depuis, Laura avait tout le temps peur que Nicolas apprendrait ce qu’elle avait fait avec Fabrizio. Mais elle savait bien que c’est aussi sa faute et pas seulement celle de Fabrizio. Enfin, elle s’est toujours tranquilisée: „Il ne saura jamais. Et bon, on doit profiter de l’occasion. Si je ne l’avais pas fait, je l’aurais regretté dans toute ma vie. Il faut vivre pour le présent.

Sur un des schémas, il y avait un énorme tache de chocolat. Elle n’a pas apercu quand elle a sali le papier. Elle a pris un kleenex et a essuyé le schéma. La tache n’a pas disparu completement mais ca ne lui intéressait pas. C’était le moindre de ses soucis. Pour un peu de temps, elle pensait á sa promotion mais puis, ses pensées ont divagué vers Fabrizio.

„Ce gars est incroyable – pense elle. -Il est venu chez moi pour me dire qu’il va pas me laisser tranquille. En plus, il m’a dit tout ca quand Nicolas aussi était lá. J’sais pas pourquoi il pense que je vais quitter Nicolas pour lui… Avec Nic, on est ensemble depuis deux ans et Fabrizio… bon, j’ai passé une seule nuit avec lui pas plus.”

Nicolas aussi pensait á Fabrizio. Toute la situation quand Fabrizio est allé chez eux et voulait parler avec Laura… C’était tres bizarre. Mais il était pas bete, il savait tout de suite que Fabrizio n’est pas un ami. Il connaissait Laura tres bien donc il savait qu’elle ne tenirait rien en secret. Surtout pas un ancien ami qui est italien et qui travaille aux Etats Unis. „Non, ce gars doit etre quelqu’un d’autre. Et je vais découvrir qui il est.”

Fabrizio aussi travaillait mais cette fois, il ne pensait pas á Laura. Il avait autant de travail á faire qu’il n’avait pas de temps pour réfléchir. Il devait les finir le plus tot possible parce que son patron voulait présenter le projet á la prochaine réception. La réception aura lieu le week-end prochain et son patron a dit á tout le monde: si quelqu’un n’est pas présent á la réception, il réfléchira s’il a encore besoin du travail de cette personne. Fabrizio voulait y aller parce qu’il avait besoin de changer d’air. Le lieu de la réception sera la terre de Monsieur Douillet en Provence. Fabrizio s’est vu en se promenant avec des jolies filles, en regardant le paysage magnifique…

Quelqu’un a frappé.

-Qui est-ce? – crie-t-il.

Isabelle est entrée.

-J’ai pas dit d’entrer… - Fabrizio est retourné á son travail.

-J’ai pas attendu ton permis. Mais tu dois pas t’inquiéter, je veux pas te convaincre de recommencer notre relation. Je te redonne les clés – elle les pose sur le bureau.

-Merci. Quelque chose encore?

-Non, c’est tout.

-Alors, au revoir – Fabrizio ne regarde pas la fille.

-Qui est la fille?

-Quelle fille?

-Avec qui tu sors.

-Je ne sors avec personne.

-Mais tu m’as dit que tu avais une copine.

-Non. Il y a quelqu’un dans ma vie mais on ne sort pas.

-Comment?

-Je sais que c’est difficile pour toi de comprendre des choses comme ca mais je ne fonctionne pas comme toi. Et si ca te dérange pas, je vais pas discuter ma vie privée avec toi.

-Non, je n’en ai pas besoin. Tu ne m’intéresses pas.

-Alors, donc si tu pouvais quitter… - Fabrizio montre vers la porte. Isabelle est tournée et est partie. La porte s’est fermée bruyamment derriere elle. Fabrizio a essayé de retourner en Provence dans ses pensées mais ca ne lui a pas réussi. Isabelle l’a trait.


_________________


Dernière édition par Barbie Girl le Lun 22 Aoû - 20:37 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
MSN
Ze Lamélie
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Oct 2008
Messages: 18 410
Date de naissance: 14/11/1981

MessagePosté le: Lun 22 Aoû - 16:41 (2011)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl Répondre en citant

je sens que nicolas va finir par savoir pour laura et fabrizio
_________________


merci Jona http://sayana.frbb.net/t3231-36-kit-julie-zenatti
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Barbie Girl
Nous couvre de force et de courage
Nous couvre de force et de courage

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2008
Messages: 2 064
Localisation: Hongrie
Date de naissance: 28/12/1990
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 馬 Cheval

MessagePosté le: Dim 11 Sep - 11:12 (2011)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl Répondre en citant

5eme chapitre: Provence I.    
 
-Mais pourquoi tu dois aller en Provence, Laura?-Parce que je dois prendre un projet tres important pour notre entreprise. Madame Valéry m’a demandée.

-Ah, la sorciere folle qui te demande toujours d’apporter son tailleur du teinturier et de faire des petites et insignifiantes taches qui sont, en plus, pas á ton poste?

-Ouais. Mais maintenant, j’ai la chance de montrer que je peux faire plus! Si je réussis, elle me promouvra! Donc, croise les doigts, Nicolas!

-OK. Mais pourquoi tu dois partir maintenant et pourquoi en Provence?

-Parce que notre rival y organise une réception oú ils veulent présenter le projet pour les personnes les plus importantes dans le monde du mode. Je dois y etre et faire comme si j’étais aussi leur partenaire.

-Donc tu seras l’espionne.

-Non, plus de ca. Je prends le projet pour Promod et Madame Valéry me promouvra.

-Sois prudente de peur qu’on ait de la suspicion contre toi.

-Je peux me méfier, je suis une grande fille. Mais tu me manqueras.

Laura fit une bise á Nicolas, s’assite dans sa voiture et partit en Provence. Elle eut hate d’y arriver. Elle adora Provence, elle y passait beaucoup de temps pendant son enfance. La route passa vite, donc elle arriva plus tot qu’elle pensait.

Mais elle ne sut pas oú aller parce qu’elle ne sut pas exactement oú la réception aurait lieu. Enfin, elle décida d’arreter au bord de la route dans un stationnement et si une grande voiture arriva, elle la suivit. Vraisemblablement, les personnes importantes ne prennent pas un vieux Wartburg.

Cette tactique fut utile parce que dans un peu de temps, beaucoup d’Audi, BMW et des voitures similaires arriverent, donc Laura les suiva et dans trente minutes, elle arriva á la terre de Monsieur Douillet. Elle eut un peu peur qu’on lui demande une piece d’identité si elle fut aussi une invitée mais enfin, il n’y avait aucun obstacle.

Elle réussit prendre une chambre dans le petit hotel qui était sur la terre. L’hotel n’était pas la propriété de Monsieur Douillet pourtant il essayait mille fois de le prendre. Comme le propriétaire d’hotel était un vieux monsieur et, malheureusement, il était tres malade, Monsieur Douillet décida d’essayer encore une fois d’acheter l’hotel aussi.

Laura fut heureuse de voir que la vue de sa chambre était magnifique, donc elle s’assite au balcon. Elle tourna sa face vers le soleil et voulut y rester pour toujours. C’était l’apres-midi, et Laura l’adorait. Elle était pres de s’endormir quand elle entendit un énorme bruit, puis un cri – sous son balcon.

Elle ouvrit ses yeux et regarda en bas. C’était un moment de réaliser ce qui se passe. Et elle souhaita de ne pas le voir!

Sous son balcon, elle vit Fabrizio qui donne un coup de pied á sa voiture et jure sans cesse. La voiture n’aimait pas ce que Fabrizio faisait, elle fit des moches nuages de fumée.

-Ah non, Toto! – Fabrizio essaya d’ouvrir la porte de la vieille Volkswagen mais elle se coinca. –Ah, ne me fais pas ca! Je suis désolé de te donner un coup de pied, je l’ai pas pensé comme ca…

Laura, étant toute surprise, regardait la scene dessous son balcon qui aura du etre ridicule mais pour la fille, c’était pas du tout marrante. „Oh merde! Pourquoi est-il ici? Ah, maintenant je dois passer le week-end avec lui, que du bonheur… Si j’aurais su qu’il serait ici, je viendrais pas! Je savais pas qu’il travaillait chez le concurrent… Oh, putain!”

Fabrizio réussit „réconcilier” sa voiture qui, par reconnaissance, lui permit d’ouvrir sa porte et de la mettre en route. Apres avoir stationné á sa place, il retourna sous le balcon de Laura et ramassa quelque chose. La fille ne vit pas ce qu’il ramassa, donc elle se pencha par la barre. Sur la terre, il y avait le pare-chocs de la voiture („Ben, si on peut appeler „voiture” cette bagnole…” – pensa Laura.) de Fabrizio. Quand Fabrizio était arrivé á la terre de Monsieur Douillet, sa voiture tomba en panne (comme j’ai déjá dit, elle était tres vieille, donc c’était tres difficile de la conduire et controler), et il avait mal de l’arreter. C’est pourquoi il carambola le mur du batiment, la voiture tomba finalement en panne, et le pare-chocs tomba par terre.

La voiture ne tint qu’á un fil mais Fabrizio ne voulait pas l’échanger. Il l’appelait Toto. Et bon, il n’avait pas d’argent pour l’échanger… Au début, il avait honte de sa vieille voiture mais enfin, il s’apaisait et veillait sur elle comme elle était un magnifique BMW.

Laura ne put pas regarder Fabrizio pour longtemps parce que le gars ramassa ses bagages du coffre et entra dans l’hotel. Heureusement, sa chambre n’était pas au meme étage que celui de Laura mais dessous. Laura décida de se promener un peu et prendre d’air.

Dans une heure, elle partit. Elle ferma la porte de sa chambre et alla au parc. Ca faisait une demie heure qu’elle se promenait dans l’ombre des arbres quand…

-Laura! Qu’est-ce que tu fais ici?

„Non! Pas lui!” Elle ferma ses yeux et tourna.

-Tiens, Fabrizio… - elle se forca de sourire. –Que du bonheur de te voir…

-Ah moi aussi, je suis tres heureux de te rencontrer ici! Peux-je t’accompagner?

Laura ne voulait pas répondre. Elle soupira et essaya de penser á une autre chose: elle se promene avec Nicolas sur l’avenue des Champs-Elysées… Mais elle voyait encore l’image de Fabrizio en la déshabillant et lui donnant des bises sur le cou. Elle n’oubliera jamais cette certaine nuit.


_________________


Dernière édition par Barbie Girl le Dim 11 Sep - 14:16 (2011); édité 3 fois
Revenir en haut
MSN
Ze Lamélie
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Oct 2008
Messages: 18 410
Date de naissance: 14/11/1981

MessagePosté le: Dim 11 Sep - 13:13 (2011)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl Répondre en citant

ah je sens que laura et fabrizio vont remettre ça lol
_________________


merci Jona http://sayana.frbb.net/t3231-36-kit-julie-zenatti
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Barbie Girl
Nous couvre de force et de courage
Nous couvre de force et de courage

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2008
Messages: 2 064
Localisation: Hongrie
Date de naissance: 28/12/1990
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 馬 Cheval

MessagePosté le: Dim 11 Sep - 20:32 (2011)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl Répondre en citant

Haha, on va voir Very Happy

6eme chapitre: Provence II. 
 
 
-Alors, Laura, quel bon vent t’amene? – demanda Fabrizio en se promenant á coté de la fille.

-Rien, je suis juste… venue…

-Et pourquoi ici?

-Parce que… parce que j’en avais envie – „Pourquoi il demande autant de betises?”

Fabrizio vit que Laura ne voulait pas parler de la raison pourquoi elle était lá donc il changa de sujet.

-Et comment tu vas? On s’est pas vus depuis longtemps.

„Dieu merci!”

-Je vais bien, merci.

-Avec Nicolas, vous etes encore ensemble? – demanda Fabrizio en espérant une réponse favorable.

-Oui, bien sur.

-Et… tu lui as raconté notre… euh… aventure?

-T’es con?! Je ne la lui raconterai jamais, meme pas sur mon lit de mort!

-Et s’il l’apprend?

-Il l’apprendra pas. Nous la tenons en secret.

-Nous la tenons en secret? C’est-á-dire nous deux? Mais tu m’as dit que tu ne voulais plus me voir.

-Oui et maintenant aussi… j’ai juste dit une betise. Bien sur que je voulais pas le dire au pluriel.

-Tu peux pas me quitter. Il n’y a plus de toi mais nous – sourit Fabrizio.

-Oh Dieu! T’es un… Ah, tu m’intéresses plus! – Laura courut devant.

-Hé, attends! – Fabrizio courut apres la fille. Quand il l’attendit, il prit son bras et la tourna en face.

-Bon, qu’est-ce que tu veux?

-Regarde, je voulais pas etre con. Je l’ai simplement dit.

-OK – Laura tira son bras de Fabrizio et continua sa route.

-T’es offensée?

-Non.

-Mais il semble.

-Tu me fatigues. Tu devrais me laisser tranquille un peu.

-Mais non. Et tu devrais me dire pourquoi t’es ici. Tu sais, c’est la terre de mon patron…

-J’suis pas venue chez ton patron mais á l’hotel qui est, comme je sais, pas la propriété de ton patron…

-Et pourquoi tu n’es pas venue avec Nicolas?

-Pourquoi ca t’intéresse?

-Alors, ca m’intéresse pas. Je vois que tu veux pas parler de ce sujet, donc je ne demande pas plus de choses.

-Parce que c’est une affaire privée. Toi non plus, tu discutes pas ta vie privée avec d’autres.

-Alors, parlons du travail! Tu m’as pas encore dit ce que tu fais dans la vie.

-Pourquoi ca t’intéresse? – Laura s’effraya. „Oh, zut! Qu’est-ce que je dis?” –Mais moi non plus, je sais pas ce que tu fais dans la vie.

-Alors, maintenant je te le dis: je suis manager chez Gucci. J’aime bien mon travail mais mon patron… bon, je l’aime pas et il me déteste aussi. Et il pense que je suis négligent… Mais j’espere que maintenant il est content parce que j’ai pris un projet important ce qui, j’espere, sera efficace. Si ca réussit, il apportera autant d’argent que nous vivrons de ca meme pendant nos années de retraite. Alors, c’est tout de moi. Et maintenant, c’est ton tour!

-Euh… bon… moi aussi, je suis dans le monde du mode… - Laura réfléchit que dire. –Je suis vendeuse dans un magasin de Promod  - dit-elle á la fin.

-C’est top! Et dans lequel magasin? Parce que je pourrais y aller te voir…

-NON! – Laura ne fut pas heureuse d’entendre cette idée. –Je veux dire… Ma patronne n’aime pas les visiteurs chez les vendeuses… Oui, c’est la raison… - finit-elle. Mais cette derniere phrase était plutot pour elle-meme et c’était pour se calmer que son histoire de son travail est bonne.

-Selon moi, on devrait retourner, n’est-ce pas? Ou tu voudrais rester?

-Non, moi aussi, je rentre.

Quand ils partirent, le portable de Laura sonna. Elle regarda sur son portable et vit que c’est sa patronne qui l’appelait. Elle s’effraya.

-Euh… Fabrizio… je reste quand meme. Je dois décrocher celui-ci. Mais toi, tu peux aller. On se verra.

-OK.

Quand Fabrizio partit, Laura décrocha.

-Allo, Madame Valéry?

-Bonjour, Laura. Tu es bien arrivée?

-Oui mais j’ai une mauvaise nouvelle: ca ne marchera pas.

-Comment?

-Une heure apres mon arrivée, j’ai rencontré un de mes connaissances qui est manager chez Gucci! Et ce qui est le meilleur: c’est lui qui a pris le projet pour Gucci!

-Ah, c’est ennuyeux. Et dis-moi, tu savais pas que ton connaissance serait lá?

-Mais comment j’aurais du le savoir?!

-Parce qu’il est ton connaissance. Tu sais évidemment ce qu’il fait dans la vie.

-Je savais pas du tout! Vous pensez que si je sais qu’il serait ici, j’entreprends le boulot?

-Bon, Laura, calme-toi. Rien n’est perdu encore.

-Rien? Mais Madame Valéry, ce gars m’a demandé ce que je fais dans la vie! Et vous savez ce que je lui ai dit? Que je suis vendeuse dans un magasin de Promod!

-Tu es sage, Laura.

-Mais non! Si Fabrizio savait que je suis pas vendeuse chez Promod mais la chef d’un rayon et je suis venue pour leur voler le projet…

-Mais il faut pas qu’il le sache! Et sois prudente. Mais maintenant, je dois partir á un rendez-vous.  A bientot!

Laura voulait répondre mais sa patronne raccrocha.

-Cool. Elle m’a beaucoup aidée. Et on doit faire confiance aux patrons…

Elle retourna furieusement á l’hotel en espérant de ne pas rencontrer des employés de Gucci qui, peut-etre, la connaissent. Sauf Fabrizio. Enfin, elle y échappa. Elle n’alla pas diner – elle ne pouvait pas meme penser á manger. Elle savait bien que ce boulot serait pas facile mais qu’il y aurait autant de nervosité…

Sa nuit était terrible. Elle réfléchissait tout au long de la nuit et ne pouvait pas s’endormir. Le matin, elle se réveilla tres tot, donc elle avait du temps d’aller chercher quelque chose qui est en relation avec le projet. Elle savait que le soir, on présenterait le projet donc elle devait etre vite. Mais malheureusement, le matin, on ne l’a pas permis d’entrer dans la salle de conférences, et puis elle préférait d’aller dans sa chambre pour se préparer á la réception.

Quand on frappa á la porte, elle sursauta. „-Qui est-ce? – pensa-t-elle. –Je ne connais personne ici. Sauf Fabrizio. Mais lui, il sait pas laquelle est ma chambre. J’espere que c’est seulement la femme de ménage ou le garcon. J’ai pas envie de bavarder.”

Elle ouvrit la porte.

-Laura! Tu dois m’aider! – Fabrizio courut dans la chambre.

-Pourquoi? Qu’est-ce qui s’est passé? – Laura ne pouvait pas imaginer le „gros probleme” de Fabrizio.

-Mon exposé…

-Qu’est-ce qu’il y a avec ton exposé?

-Il est détruit.

-Comment? Et quel exposé? Il est sur quoi?

-Je l’ai fait pour le nouveau projet. J’avais beaucoup de travail avec cet exposé. Mais malheureusement, un petit accident s’est passé ce que je viens de voir… Quand je suis arrivé, Toto – tu sais, ma voiture – m’a fait un peu de mal.

-Oui, je sais, tu as carambolé le mur.

-Non, c’était avant. Mon exposé est completement mouillé – peut-etre c’est l’essence qui l’a mouillé ou ma bouteille d’eau minérale s’est ouvert… Parce que la bouteille était á coté de mon exposé sur les sieges… Alors, je dois le réécrire jusqu’au soir.

-Et moi, comment je peux t’aider? – elle se douta la fin du monologue de Fabrizio.

-Aide-moi l’écrire! Si on est deux, on le termine plus vite. Il faut que je réussis! On a besoin de ce projet.

-Bon, je fais tout ce que je peux… - Laura soupira et espéra qu’elle pourra sortir vite de cette affaire. Elle voulait pas aider au concurrent mais Fabrizio… il avait besoin d’aide.


_________________
Revenir en haut
MSN
Ze Lamélie
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Oct 2008
Messages: 18 410
Date de naissance: 14/11/1981

MessagePosté le: Dim 11 Sep - 20:39 (2011)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl Répondre en citant

ah ça se complique
_________________


merci Jona http://sayana.frbb.net/t3231-36-kit-julie-zenatti
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Barbie Girl
Nous couvre de force et de courage
Nous couvre de force et de courage

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2008
Messages: 2 064
Localisation: Hongrie
Date de naissance: 28/12/1990
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 馬 Cheval

MessagePosté le: Lun 12 Sep - 20:38 (2011)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl Répondre en citant

7eme chapitre: Le scandale   
 

 
-Alors? Comment est-il?-Franchement? Vachement terrible.

-Oh zut! J’avais autant de travail avec cet exposé! – Fabrizio s’effondra.

-Mais calme-toi, je t’aide. C’est pas facile d’écrire un exposé á 100%.

-Merci! Tu es adorable.

Mais Laura ne se sentait pas adorable. Elle décida d’aider Fabrizio mais parfois, elle sera un petit diable: elle écrira quelques betises dans l’exposé – á dessein. Comme ca, il y a une petite chance de rebuter le public.

-Selon moi, cette phrase est inutile. En plus, elle est trop ronflante – Laura raya la phrase mentionnée avec un stylo rouge. –Et celle-ci, elle est aussi inutile – enfin, tout exposé devenait une ligne rouge. –On devrait échanger ces phrases.

-D’accord, écris ce que tu voudrais.

-Mais moi, je sais pas qu’écrire… - dit Laura avec un regard innocent.

-Selon moi, tu rédiges bien.

-D’accord, mais apres ne me grondes pas.

Laura commenca á écrire les nouvelles phrases et elle inventa de plus en plus de betises. Elle s’amusait tres bien mais elle espérait qu’il y aurait pas d’énorme scandale. Mais s’il y en aura… ca apportera de l’eau au moulin de Promod. Elle remplit les pages avec ses meilleures idées et á la fin, elle n’avait plus honte. „Moyens malhonnetes… Alors, c’est ca!”

Quand ils finirent (ou bien, quand Laura finit) l’exposé, il y avait déjá soir. Fabrizio remercia l’aide et alla dans sa chambre pour se changer pour la soirée. Laura aussi commenca se préparer et quand elle entra dans la salle, la réception était déjá commencée.

Comme elle avait tres faim, elle courut vers le buffet. Elle ne mangeait rien pour un jour parce qu’elle était tres nerveuse. Mais maintenant, elle espérait qu’elle avait réussi á donner un coup bas á Gucci, donc ca lui donna de l’appétit. Mais malheureusement, son portable sonna et elle devait aller á la terrasse á décrocher.

-Allo, Laura! Comment l’affaire marche? – c’était Madame Valéry.

-Petit á petit.

-Comment ca? Alors, tu y as pas rénoncé?

-Non. Mais j’y étais pres. Maintenant aussi, je suis totalement crevée! – la voix de Laura changa hystérique.

-Pourquoi? Qu’est-ce qui s’est passé?

-Depuis je suis ici, mon estomac a le grandeur d’un noix parce que je suis si nerveuse! Depuis hier matin, je n’ai rien mangé, la nuit, j’ai pas pu dormir, je mens á mon connaissance tout le temps et je me doute que j’aurai mes regles! Et en ce moment, je presque meurs de faim! J’ai du quitter le buffet á cause de ce coup de téléphone.

-Ah, je suis désolée! Alors, raccrochons. Mais encore une question: la réception a lieu ce soir, n’est-ce pas?

-Oui.

-Alors, sois sage et prudent!

Laura retourna dans la salle et remplit son assiette jusqu’au bord. Elle espérait que personne ne dérangerait pendant diner. Mais c’était un reve… Son portable sonna á nouveau, donc elle retourna á la terrasse – mais cette fois, elle y alla en tenant son assiette.

-Allo Nicolas?

-Allo, ma chérie! Ca va?

-Ca va. Je suis trop nerveuse.

-Alors, tu vas pas bien. Qu’est-ce qui s’est passé?

-Rien, j’ai seulement peur de ne pas réussir. Avant toi, Madame Valéry m’a appelée et a demandé comment l’affaire marche. Et moi, je lui ai raconté mes tortures. Nic, depuis hier matin, j’ai rien mangé, je pouvais pas dormir et j’ai une crampe d’estomac.

-Oh, ma pauvre! J’espere que cet état passera vite. Et qu’est-ce que tu fais maintenant?

-Je suis á la réception oú on présentera le projet. Et bon, moi aussi, je porte une robe de soirée… Ah, et enfin, je peux manger!

-Ah, une bonne nouvelle! Mais tu ne dines pas maintenant, n’est-ce pas? Parce que je veux pas te déranger…

-Si, j’ai l’assiette á la main…

-Alors, je te dérange plus! Bon appétit et je croise les doigts pour toi que tu réussis á ce boulot! Tu as besoin de promotion.

-Oui. Je t’adore, t’es mignon. Bisous et encore un jour.

-Ah c’est trop long encore! Rentre vite!

Laura raccrocha, courut dans la salle et se mit á une table. Le garcon lui apporta un verre de champagne, donc elle pouvait heureusement commencer sa salade. Elle avait tres faim, et elle était contente que personne ne la dérangait.

-Laura! Je te cherche depuis une heure! – Fabrizio arriva.

„Oh, putain! Tu me manquais…”

-Ca fait pas longtemps que je suis ici. Et j’étais deux fois á la terrasse pour téléphoner.

-Ah, ton Roméo t’a appellée? – demanda Fabrizio avec un sourire méchant.

-Quoi???

-Nicolas.

-Oui, il m’a appellée. Et alors?

-Ca m’intéressait. Oh, tu veux manger tout ca? – Fabrizio regarda l’assiette de Laura.

-J’ai faim. Depuis hier matin, j’ai rien mangé.

-Mais il y a autant de bouffe ici! Pourquoi t’as pas mangé?

-Parce que… parce que j’avais un petit probleme. Mon estomac… - Laura continua á manger mais pendant, elle réfléchissait sur la meilleure phrase qu’elle devrait dire á Fabrizio pour qu’il la laisse tranquille en ce moment. Peut-etre „casse-toi!” serait bon…

-Mais je vois que tu vas mieux. T’as un bon appétit. Mais attention, ton estomac est peut-etre pas encore pret á digérer autant de bouffe…

-OK – „Oh, toi con! Si tu savais que tu es la raison pour j’ai pas mangé depuis 2 jours…”

-J’espere que tu peux quitter les frites et la salade pour un peu de temps parce que je voudrais te présenter á mon patron et mes collegues.

Laura avala mal. Elle devait boire sa champagne parce qu’elle suffoquait.

-Pourquoi c’est nécessaire? – dit-elle á une voix basse.

-Parce que je veux qu’ils te connaissent – Fabrizio lui prit la main et la tira de la chaise.

-Mais moi, je veux pas! Ils vont me mépriser parce que je suis une simple vendeuse… - elle apprit tres bien son role.

-Oh, Laura! Ne dis pas de betises! Tu es une fille extraordinaire. Ils vont t’aimer.

-Selon moi, non! – elle tira sa main de celle de Fabrizio.

-Sois pas si négative! Tu viens et c’est tout!

-Mais je peux pas! – elle essaya de tirer sa main á nouveau mais Fabrizio ne laissa pas.

-Comment ca?

-Moi… je peux pas aller… - Laura s’effraya. Elle était pres de dire tout.

-N’aie pas peur – Fabrizio enlaca la fille. -J’y serai aussi. Ils vont pas te manger.

Enfin, Laura, en tremblant, suiva Fabrizio chez ses collegues qui bavardaient au fond de la salle. Au début, il n’y avait aucun probleme, meme Monsieur Douillet, le patron de Fabrizio bavardait avec elle. Et ce qui est le plus important: personne ne savait qui elle est.

Mais le temps arriva que Fabrizio lise son exposé…. Le gars monta au podium et le public l’applaudissait. Laura regarda tous les mouvements de Fabrizio et espérait qu’il y aurait aucun probleme. Au début, tout allait bien mais apres…

-Comme j’ai déjá dit, j’étais tellement heureux de prendre ce projet important pour notre entreprise. Et bien sur, j’adorais la tete de mon patron quand je lui ai dit la bonne nouvelle. J’ai vu sa face: „Vous, Dubois? Vous etes le dernier á qui je pensais comme celui qui prend le projet!” Mais vous voyez, Monsieur Douillet? Moi aussi, je suis capable de faire des grandes choses! Maintenant, vous pouvez voir que je suis meiux que vous! Vous etes un… Aie, je ne devrais pas lire celui-la… - Fabrizio fut tout penaud. Laura s’est mordit les levres.

-Bon… - Fabrizio le continua. –En tous cas, je suis tres fiere de moi-meme! Je sais que maintenant, tout le monde pense que je suis un égoiste mais c’est une énorme performance pour moi. Si énorme que la nouvelle collection devrait avoir mon nom. Car mon nom serait mieux avec la collection. Gucci est un nom tres… moche… – Fabrizio ouvrit des yeux ronds mais il n’osait pas regarder á la public.

Laura vit que le gars commenca á rougir. Elle alla lentement au buffet et versa plusieurs verre de champagne. Elle les but puis elle versa á nouveau. Elle s’apercut quel énorme merde elle causait. Elle voulait amortir.

Pendant, Fabrizio désirait que la terre s’ouvre sous lui. Il regrettait qu’il n’avait pas lu l’exposé avant la réception. Il regardait la tete de son patron en ayant un coup de sang.

-Hé, tout le monde! – Laura monta au podium.

-Laura… - Fabrizio était surpris de voir la fille au podium, en plus, elle avait un verre de Martini á la main.

-Calme-toi, Fifi, c’est  pour toi.

-Mais…

-Je sais bien que vous pensez de ce gars, lá – elle montra á Fabrizio. –Mais croyez-moi: il voulait pas de mal. C’est pas sa faute que son exposé s’est mouillé et il devait le réécrire. Le précédent était mieux.

Pendant Laura parlait, elle glissa les bretelles de sa robe.

-Fifi, aide-moi á détacher ma robe, s’il te plait – tourna Laura vers Fabrizio.

-Laura, arrete!

-Mais il faut! Alors, un peu d’applaudissement á Fabrizio pour l’encourager á détacher ma robe!

Des applaudissement éclatent de la partie masculine des invités. Cependant Fabrizio était encore tout rouge de honte et il ne voulait pas un plus grand scandale. La tete de Monsieur Douillet luisait en rouge…

-Laura, descends! – chouchota Fabrizio.

-Non, je descends pas! Si tu m’aides pas, je dois me déshabiller moi-meme.

Laura détacha sa robe mais Fabrizio la prit par la taille et l’emporta. Les mecs sifflerent furieusement („Il est con, ce mec? Il déshabille pas cette bonne meuf ?!, etc.”)

Quand ils arriverent dans la chambre de Fabrizio, il jeta furieusement Laura sur son lit. Elle fit des yeux ronds avec un regard tres innocent.

-Je veux une explication – dit Fabrizio á une voix basse. Il espérait que Laura pouvait donner une bonne explication á son attitude.



_________________
Revenir en haut
MSN
Barbie Girl
Nous couvre de force et de courage
Nous couvre de force et de courage

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2008
Messages: 2 064
Localisation: Hongrie
Date de naissance: 28/12/1990
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 馬 Cheval

MessagePosté le: Jeu 15 Sep - 18:33 (2011)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl Répondre en citant

8eme chapitre: La nervosité  
 
Laura ne dit rien, elle seulement regardait ses genoux. Fabrizio, étant tout énervé, faisait les cent pas dans la chambre.

 -Fifi, arrete! – Laura mit son regard á Fabrizio.

-Pourquoi? Ca te dérange?

-Oui.

-Oh, mais ne dis pas que tu as le vertige parce que depuis on est ici, tu me regardais pas!

-Mais pourquoi je devrais te regarder? Je sais que tu es joli. Et le costume te va á merveille – Laura sourit.

-Ne dévine pas de notre sujet, s’il te plait – Fabrizio ne pouvait pas se calmer. Il vit la scene quand Monsieur Douillet, avec un sourire méchant, le dit qu’il est viré. –Je voudrais que tu donnes une explication á ton attitude.

-J’suis déso.

-C’est pas assez!

-OK, je suis désolée! Vraiment. J’étais conne.

-Oui, tu étais! L’exposé tragique n’était pas assez pour toi, tu devais faire un numéro aussi! La honte! 150 personnes a vu que j’étais un loser!

-Selon moi, c’était marrant… - Laura prit son sac á main et commenca á chercher quelque chose dedans. Quand elle le trouva, ses yeux allumerent. –Chocolat? – elle offrit son Milky Bar trouvé á Fabrizio.

-Non, merci. C’était marrant? Oui, c’est surement marrant qu’on va me virer á cause de toi! Tu as foutu mon exposé en l’air, et puis, tu as commencé á faire du strip-tease!

-Bon, peut-etre ces deux étaient trop forts ensemble, mais avec le strip-tease, je voulais te sauver.

-Et comment? – Fabrizio devint de plus en plus énervé. –Je vois pas la logique!

-Bon, l’essentiel était qu’apres ton terrible exposé, tout le monde était choqué, donc je voulais leur attention qu’on t’offense pas.

-Ah, c’est beau et bien, mais il y a un petit probleme! Mon patron est déjá furieux de moi pour mon retard mais maintenant, avec cet exposé et ton numéro, tout est fini! Je crois que je devrais commencer á écrire mon testament, mais si c’est possible, je veux pas que tu m’en aides!

Laura regardait Fabrizio, puis, avec un regard innocent, elle lui offrit son chocolat.

-Milky Bar?

-Je te crie misere et toi, tu me laisses pas tranquille avec ce foutu chocolat! – Fabrizio courut furieusement vers le balcon, et ouvrit sa porte. –Grace á toi, je suis dans la merde jusqu’au cou!

-Oui, je sais… Mais c’était pas á dessein – „Ah, j’avouerais jamais la vérité!”

-Mais tu pensais pas que c’était pas la meilleure idée pour me sauver? Comme ca, tu me fais virer! Pourquoi t’as écrit autant de moches choses de mon patron?

-Je les ai écrites parce que je sais que tu ne l’aimes pas.

-Mais lui, il ne sait pas! Maintenant, grace á toi, il l’a appris donc je dois lui raconter un tas de boniments pour sauver moi-meme.

-Qu’est-ce que tu lui diras?

-J’sais pas encore. Mais j’espere que j’aurai une idée pour tout ca le plus tot possible… Oh, mon Dieu… - Fabrizio faisait les cent pas dans la chambre et essayait de penser  quelque chose qui le calmait mais ca ne lui réussit pas. – D’ailleurs, j’espere que tu as un peu de honte… - il arreta devant la fille.

-Ouais – Laura le regarda et puis, elle lui offrit le chocolat á nouveau. –Tu n’en surement veux pas?

-Laisse-moi tranquille avec ce chocolat! En ce moment, c’est pas le plus important! Tu dois m’aider á sortir de la merde! Ce projet est vachement important pour mon entreprise et maintenant, on le perd á cause de moi! Gucci perdrait des milliards si on faisait quelque chose mal! Oh merde, comment je peux sortir de tout ca?! – Fabrizio n’arretait pas á faire les cent pas, pendant Laura rongait ses ongles.

-Arrete ce croustillement! C’est tres énervant. Ca me les chauffes!

-Déso.

-Si je rencontrais mon patron maintenant… - philosopha Fabrizio. –Il me tuerait. Peut-etre, il me plaquerait contre le mur… Et lá, je devrais etre heureux… Oh, Dieu! Peut-etre j’peux pas aller travailler lundi! C’est fini pour moi. Ma carriere chez Gucci prend sa fin. Et Monsieur Douillet me virera avec un grand plaisir comme il me détestait toujours. Il attendait le moment parfait pour me virer. Génial…

-Ah non, il te virera pas…

-Tu connais pas Douillet! Et comme j’ai presque détruit notre entreprise… Pas de pitié pour moi! A cause de ma connerie, Gucci, peut-etre, doit terminer son activité… Ah, non, pas seulement á cause de ma connerie mais ton aide aussi… Pourquoi tu as fait ca, Laura?! – Fabrizio vit furieusement á la fille. –Qu’est-ce que tu peux me dire comme excuse?

-Tu es trop sexy, Fabrizio… - chuchota Laura.

-Pour l’amour de Dieu! C’est pas notre sujet!

Laura se mit debout et embrassa Fabrizio.

-Je te veux, Fabrizio. Tu me branches.

-Laura, arrete… - Fabrizio essaya de pousser la fille mais ca ne lui réussit pas.

-Viens, Fifi, fais l’amour avec moi – Laura s’assit sur le lit et glissa les bretelles de sa robe. Elle savait bien que c’est l’alcool qui la faisait dire tout ca.

-Laura…

-Alors … - Laura enleva sa robe et la mit á coté. –Tu viens? – elle caressa la couverture.

-Ne fais pas ca, s’il te plait.

-Si! Une seule fois… - elle se mit debout et embrassa Fabrizio á nouveau.

-Laura, tu as un mec…

-Oui, mais en ce moment, ca m’intéresse pas. C’est toi que je veux. Et tu seras le mien.

Elle se blottit contre Fabrizio et l’embrassa sur les levres. Enfin, elle atteignit son but: elle réussit coucher avec lui.




_________________
Revenir en haut
MSN
Ze Lamélie
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Oct 2008
Messages: 18 410
Date de naissance: 14/11/1981

MessagePosté le: Ven 16 Sep - 05:54 (2011)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl Répondre en citant

ah oui j'étais sur qu'ils allaient remettre ça lol
_________________


merci Jona http://sayana.frbb.net/t3231-36-kit-julie-zenatti
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Barbie Girl
Nous couvre de force et de courage
Nous couvre de force et de courage

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2008
Messages: 2 064
Localisation: Hongrie
Date de naissance: 28/12/1990
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 馬 Cheval

MessagePosté le: Sam 17 Sep - 17:46 (2011)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl Répondre en citant

9eme chapitre: Des bonnes nouvelles 
 
 
Le matin, Laura se réveilla et elle avait la nausée. Elle courut aux toilettes et y passait environ 20 minutes. Quand elle sortit, elle était un peu vert – et ca, Fabrizio aussi le remarqua.

-Ca va, Laura?

-Non, pas vraiment. J’ai mal á la tete et j’ai la nausée.

-Oh, c’est pas bon! D’ailleurs, quelle heure est-il?

-Il est 9 heures.

-Mon Dieu! – Fabrizio sauta et s’habilla dans un clin d’oeil. –Je dois me dépecher!

-Oú vas-tu?

-Chez mon patron. Il faut que je parle avec lui. Je voulais le faire hier soir, mais… j’avais un autre programme… - dit-il avec en regardant la fille avec un regard allusif.

-Je sais. Tu l’as regretté? – Laura s’allonga sur le lit.

-Non. Et toi? Tu sais, c’était la deuxieme fois…

-Ah oui. Peut-etre, on n’aurait pas du le faire… Mais bon… Ce qui s’est passé, ca s’est passé. Et moi, je veux pas regretter dans toute ma vie que j’ai suivi mes instincts… D’ailleurs, j’aime Nicolas.

-Alors, pourquoi tu as couché avec moi deux fois?

-J’sais pas. Parce que c’était bon. Et je l’ai pas regretté.

-Mais tu sais que c’est pas tres fair pour Nicolas, n’est-ce pas?

-Et alors? Tu es ma conscience ou quoi?

-Non, je veux juste t’avertir que cela finira mal. Un jour, tu devras choisir: Nicolas ou moi. Peut-etre, c’est déjá actuel…

-Non, pas encore – Laura branla la tete mais elle était hésitante. –Un peu plus tard.

-OK. Alors, je vais voir mon patron mais je crois qu’il va pas battre son cul au plafond de joie s’il me verra…

Fabrizio sortit mais il tourna encore une fois.

-Laura… pour que tu saches: je n’ai autorisé personne á m’appeler Fifi – sauf ma mere – il sourit et ferma la porte.

Laura soupit et pensa á Nicolas. Elle savait bien que ce n’est pas bon ce qu’elle faisait mais elle ne pouvait pas résister. Elle aimait Nicolas mais cet amour n’était plus plein de flamme. Mais Laura ne pouvait pas se regarder dans la glace. Si elle rentre, elle racontera tout á Nicolas, c’est 1000% sur! Mais elle ne supporte pas d’attendre! Cependant, elle doit attendre.

Pendant ce temps-lá, Fabizio était devant la porte de son patron. Il tremblait comme une feuille. Il soupit mille fois et essayait de frapper mais il retira toujours sa main comme s’il touchait du feu. Enfin, cet état prit sa fin. Tout s’est arrivé dans un clin d’oeil: Monsieur Douillet ouvrit la porte, Fabrizio sauta en arriere et avant dire „Bonjour, Monsieur Douillet”, son patron le tira dans la chambre et il ferma la porte si dur qu’une piece de crépi tomba par terre.

-Ravi de vous voir, Dubois – Monsieur Douillet n’était pas du tout tranquille. Meme pas si tot du matin. –J’espere que vous avez quelque chose á me dire, commenter le hier soir…

-Euh… oui… mais… pouvez-vous me lacher? – chuchota Fabrizio. Son patron le tenait par son col, en le serrant contre le mur.

-Comme vous voulez! – Monsieur Douillet le lacha, et Fabrizio, en toussant, tituba d’á coté de la porte. –Alors? C’était quoi, votre petit numéro hier soir?

-Regardez… monsieur… mon exposé…

-Ne disez pas que c’était pour rire parce que moi, je sais pas en rire!

-Non, c’était pas pour rire. C’est pas moi qui l’a écrit.

-Aaah, oui, bien sur! Et moi, je suis la reine d’Angleterre! Assez de boniments!

-Mais c’est la vérité! C’est Laura qui a écrit ce foutu exposé!

-Laura? Ah, je l’aime aussi! C’était tres „mignon” quand elle est montée au podium et a commencé á faire du strip-tease…

-C’est pas moi qui l’a demandée á faire ca.

-Vous m’intéressez plus, Dubois. Quand vous avez pris le projet, je voulais pas croire que c’est bien vous qui l’aviez pris. Vous savez, je ne vous ai pas fait trop de confiance.

-Quelle surprise… - murmura Fabrizio.

-Comment?!

-Rien. J’ai dit rien.

-D’accord. Vous n’etes pas en situation de dire n’importe quoi. Je réfléchissais beaucoup sur vous, Dubois. Vous m’énervez bien, surtout depuis votre grand retard. Mais bon, enfin, j’ai fermé les yeux sur cet incident parce que je savais que c’est vous qui aviez pris le projet. Mais maintenant…

-Monsieur Douillet, laissez-moi de réparer ma faute, s’il vous plait! – Fabrizio sentit qu’il devait commencer á adoucir la colere de son patron.

-Taissez-vous! C’est mon tour donc je vous saurai gré si vous fermiez votre gueule pour un peu de temps.

-Je suis désolé.

-Donc, comme j’ai déjá dit, je vous avais pardonné seulement á cause du projet. Mais vu que ca, c’est fini – parce que, j’espere que je dois pas dire, apres hier soir, on veut plus faire du business avec nous -, je dois réfléchir que faire avec vous – Monsieur Douillet faisait les cent pas dans la chambre, pendant Fabrizio priait pour une réponse favorable. –Alors, la nuit, j’ai beaucoup réfléchit, j’ai pesé le pour et le contre et enfin, j’ai du m’apercevoir que vous avez assez de problemes.

-Alors, ca veut dire…

-Je sais que vous me détestez. Et moi non plus, je veux pas tenir en secret que je vous ai apprécié mieux quand vous avec commencé á travailler chez Gucci. Vous étiez respectueux et travaillez comme un ange. Mais malheureusement, depuis, votre performance détériore et je ne sais pas ce que je fasse avec vous. Malgré tout ca, je vous donne encore une chance. Je vous conseille de ne pas la foutre en l’air.

-Merci! – Fabrizio ne savait pas s’il pleure ou rie. –Je serai plus assidu, je pourrira rien, c’est promis…

-OK, assez! Si vous faites quelque chose mal, on se dit au revoir tout de suite. Vous n’aurez aucune chance.

-C’est compris! – Fabrizio voulait ouvrir la porte mais son patron voulait dire encore une chose.

-Fabrizio! Je voudrais vous demander quelque chose.

-De quoi s’agit-il?

-Bon, je voudrais que vous repreniez le projet. Et puis, fouinez un peu chez Promod.

-Mais pourquoi?

-Encore une bete question! Cette entreprise est notre plus grand rival et je veux rien leur donner, surtout ce projet! Gucci est un concept dans le monde du mode depuis 90 ans et une petite, nouvelle venue entreprise comme Promod ne nous balayera pas!

-Donc… je dois ruiner Promod?

-En substance… oui. C’est tout ce que je voulais vous demander. Mais si vous réussissez pas, adieu! D’accord, maintenant, vous pouvez partir.

-Au revoir! – Fabrizio sortit et en réfléchissant, il retourna dans sa chambre. Laura s’asseyait sur le lit.

-Alors? Qu’est-ce qu’il t’a dit?

-Il m’a pas viré.

-Hé, mais c’est une bonne nouvelle! – Laura sauta du lit et embrassa Fabrizio. –Alors, pourquoi es-tu si triste?

-J’suis pas triste. J’étais juste surpris – il décida de ne pas raconter á la fille ce que son patron lui demandait. Car Laura a quand meme une petite relation avec Promod, meme si elle est „seulement” une vendeuse. Mais pas de problemes! Si Promod fait faillite, Laura viendra dans leur magasin comme vendeuse!

Fabrizio sourit et se calma. Il embrassa Laura.

-Et toi, as-tu décidé qui tu choisis?

-J’sais pas… Mais j’en ai déjá réfléchi.

-Je veux pas te presser de décider.

-Selon moi, on devrait rester amis. C’est tres difficile pour moi mais tu dois le comprendre. Pour moi, c’est Nicolas qui est le plus important.

 

_________________
Revenir en haut
MSN
Ze Lamélie
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Oct 2008
Messages: 18 410
Date de naissance: 14/11/1981

MessagePosté le: Sam 17 Sep - 19:12 (2011)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl Répondre en citant

ah hé ben dis donc je me demande ce qui va se passer ça va pas être de tout repos
_________________


merci Jona http://sayana.frbb.net/t3231-36-kit-julie-zenatti
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Barbie Girl
Nous couvre de force et de courage
Nous couvre de force et de courage

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2008
Messages: 2 064
Localisation: Hongrie
Date de naissance: 28/12/1990
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 馬 Cheval

MessagePosté le: Mar 20 Sep - 16:39 (2011)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl Répondre en citant

10eme chapitre: Au restaurant I.  
 
Apres etre rentré de Provence, ils recommencerent leur travail. Laura était louée pour le bel travail qu’elle avait fait. Laura et sa patronne ne se doutaient pas ce qui se préparait contre Promod entre les murs de Gucci. Fabrizio, apres quelques coups de téléphone, sentait le projet dans ses mains á nouveau et il négocia avec une bombe femme aussi (qui voulait donner une somme important pour le business) et ils s’accorderent pour un rendez-vous. Fabrizio presque volait de joie et il attendait beaucoup ce rendez-vous.

Il décida d’emmener la dame au restaurant. Elle lui plaisait donc il ne voulait pas sembler un loser. Peut-etre, cette relaton sera plus que collégialité. Il ne voulait pas rénoncer á Laura mais il avait un peu peur de Nicolas. Il réserva une table á son restaurant préféré italien (oui, les gouts de son pays…).

Enfin, Laura ne racontait pas son aventure avec Fabrizio á Nicolas. Elle n’en avait pas envie. Surtout apres sa décision qu’avec Fabrizio, ils restent amis. Bien sur, elle regrettait un peu qu’elle avait fini si tot cette relation secrete qui était, en fait, tres excitante. Mais puis, elle se calmait qui si jamais entre Nicolas et elle tout est fini, elle pourra aller chez Fabrizio. Ou bien, elle l’espérait…

Mais elle était heureuse parce que c’était vendredi soir et elle allait au restaurant avec Nicolas. Elle passait une heure pour choisir sa tenue pour la soirée et encore une demie heure pour se maquiller.

-On va á quel resto, Nic? – demanda-elle en se maquillant.

-A Giardinetto.

-Wow! On mange de bouffe italienne?

-Ouais. Je sais que tu l’aimes.

-Je l’adore! J’adore les italiens! – elle s’est mordit les levres et retourna vers le miroir. Elle pensa á Fabrizio – elle adore les italiens… Ah oui, c’est sur!

-Je crois qu’on devrait partir en Italie, n’est-ce pas?

-Oui, mais pas ces temps-ci. Je n’en ai pas de temps. J’ai beaucoup de boulot.

-Ah, non, pas ces temps-ci. Un peu plus tard.

Quand Laura fut prete, ils partirent au restaurant. Elle était tres heureuse et elle avait hate de manger ses plats préférés. Mais des qu’ils ouvrirent la porte du restaurant, Laura voulait rentrer tout de suite. La premiere personne qu’elle vit était Fabrizio qui bavardait avec une belle, rousse femme, tres intimement. Laura devint tout de suite jalouse mais elle ne voulait pas que Nicolas l’apercoive. De plus, elle ne voulait pas que Nicolas voie Fabrizio.

-Nic, et si on rentrait? – elle tira la manche de Nicolas.

-Pourquoi? Nous venons d’arriver.

-Oui, mais… je veux pas manger ici.

-Tu as dit que tu adorais la bouffe italienne.

-Mais ce soir, je veux pas manger de bouffe italienne. Allons quelque part d’autre… par exemple… par exemple au McDonald’s!

-Tu préferes manger du hamburger?

-Et une glace aux fruits avec du nappage saveur caramel… S’il te plait, allons au McDo’!

-Laura, arrete! Ne sois pas comme un enfant. Viens, le garcon nous amene á notre table.

Laura fit une grimace et resta á la porte jusqu’au moment oú Nicolas la tira dans le restaurant. Mais les minutes les plus terribles suivaient…

-Je vous montre  votre table – sourit le garcon italien. –La belle table, au fond de la salle, avec des chandelles, á coté de la fenetre.

-Merci.

Laura suiva le garcon et quand elle vit leur table, elle eut tout de suite la nausée. Elle devait prendre une chaise parce qu’elle était pres de s’évanouir. Leur table était juste á coté de celle de Fabrizio. Elle était pris de panique.

-Nic, ne nous y asseyons pas! – prit-elle le bras de Nicolas.

-Qu’est-ce que tu as ce soir, Laura?

-Rien, mais je ne veux pas m’y asseoir. N’importe oú mais pas lá!

-J’sais pas pourquoi tu te comportes si bizarrement… - il regardait Laura tres suspicieusement. –Arrete de pleurnicher! Tu ne le fais jamais.

-J’ai pas envie de manger de bouffe italienne – elle tourna de son copain et espérait que Nicolas n’avait pas encore vu Fabrizio.

-Laura, s’il te plait, ne te comportes pas comme ca. Viens, asseyons-nous.

-Non… - Laura ne bouga pas.

-Ne fais pas ca, s’il te plait!

-Mais j’veux pas y aller!

-Viens!

Laura commenca á marcher vers la table, sans en avoir envie, mais elle réfléchissait d’une méthode de fuite.

-Aie! – cria-t-elle. –Aie!

-Qu’est-ce qu’il y a? – Nicolas la prit par la main.

-Aie, mon pied… - Laura continua á jouer la comédie. –Ca me fait mal!

-Je t’ai dit de ne pas porter des chaussures aux talon aiguilles.

-Oh, mon Dieu! Je crois que je me suis foulé la cheville… Je peux pas marcher. Je crois qu’on devrait rentrer… - dit-elle enfin.

Nicolas soupit.

-Regarde, Laura, ca marche pas. Ce soir, on mange ici et j’espere que tu me diras pourquoi tu étais si négative…

Laura devait s’asseoir á leur table avec Nicolas, et malgré son zele de tourner de Fabrizio, il la apercut tout de suite – bon, c’était pas trop difficile, vu qu’elle s’asseyait juste á coté de lui.

-Tiens, Laura! Que du bonheur de vous voir ici! – Fabrizio se réjouissait sincerement de voir Laura, et pour un instant, il oubliait sa jolie partenaire.

-Nous… nous aimons la bouffe italienne – Laura se sentait penaud.

-Et toi, Fabrizio? – demanda Nicolas.

-Moi, je suis en négociation.

-Hm, avec une si jolie dame? – Nicolas sourit á la futur collegue de Fabrizio.

-Nic! – Laura regarda á Nicolas avec un regard allusif.

-Oh, déso, ma chérie. Tu sais que tu es ma vie – Nicolas embrassa Laura. Fabrizio piqua sa fourchette dans la baguette.

Ce n’est pas tres difficile de comprendre la colere de Fabrizio pendant le diner: il détestait regarder et écouter le roucoulement de Laura et Nicolas. Pourtant, il faisait tout qu’il pouvait pour prendre l’attention de Laura: il commenca á faire la cour, tres passionnément, á sa partenaire. Il ne savait pas mais Laura devint tres jalouse.

Ils mangaient le plat principal quand Fabrizio prit la main de la jolie femme rousse. La dame rougit, et Laura donna un coup de pied („par hasard”, bien sur) á la table de Fabrizio, donc le vin rouge versa sur la jupe de la dame.

-Oh mon Dieu! Céline! – Fabrizio sauta et commenca á essuyer la jupe de Céline avec une serviette. Céline était pres de pleurer. Fabrizio regarda Laura avec blame, mais elle évitait son regard.

-Ah, c’est rien! Pas de souci, Fabrizio – Céline prit sa serviette et continua á essuyer sa jupe.

Enfin, ils se calmerent, mais Fabrizio regardait continuellement Laura qui était, apres un certain temps, ce regard provocant embarrassait Laura. Elle ne regardait pas Fabrizio, donc il devait faire quelque chose d’autre pour prendre l’attention de Laura.

Il  jeta sa fourchette dessous la table.

-Oh, ma fourchette! Elle est tombée dessous votre table, Laura! Est-ce que tu peux me donner,  s’il te plait? – demanda Fabrizio avec son plus beau sourire.

-Oui, bien sur – Laura se pencha. –Hé, mais c’est dessous ta table!

-Ah, vraiment? Alors, je t’aide!

Fabrizio aussi se pencha, et quand il était aussi dessous la table et leurs visages presque se touchaient, Fabrizio dit á Laura:

-Maintenant, je vais aux toilettes. Dans quelques minutes, suis-moi! Je voudrais parler avec toi.

-De quoi?

-C’est une longue histoire. Suis-moi, et tu l’apprends!

Le plan était pret. Dans cinq minutes, Fabrizio se mit debout et en s’excusant, il alla aux toilettes. Laura comptait de tete jusqu’á 200, et elle le suivit. Ils se rencontrerent devant les toilettes.

-Laura, tu es folle?! – Fabrizio la tira aux toilettes et ferma la porte.

-Quoi?

-Pourquoi tu as versé le vin sur Céline?

-C’était pas moi!

-Aaah, oui, bien sur… J’ai senti quand tu as donné un coup de pied á la table! Tu es bien une poule rusée, toi!

-J’suis pas poule! Elle l’a mérité, cette meuf!

-Tu es jalouse?

-Non…

-Si! Tu es jalouse!

-Et si oui, alors?

-Alors, je suis heureux… - Fabrizio enlaca Laura.

-Laisse-moi. Je suis venue avec Nicolas.

-OK – Fabrizio embrassa le cou de Laura.

-Et je vais rentrer aussi avec lui.

-Mais ce qui se passe entre nous ici, personne ne doit l’apprendre…

-Arrete, Fabrizio, tu me pousses au crime… - dit Laura, mais enfin, elle ferma ses yeux et se donna á la passion. Elle sentait les baisers sur son cou et sur ses épaules, et elle ne pouvait pas résister. Elle savait bien qu’elle ne marchait pas droit. Elle aussi embrassa Fabrizio et commenca á déboutonner la chemise de Fabrizio. Elle ne voulait pas que tout se passe ici, aux toilettes, mais il n’y avait pas de retour…


_________________
Revenir en haut
MSN
Ze Lamélie
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Oct 2008
Messages: 18 410
Date de naissance: 14/11/1981

MessagePosté le: Mar 20 Sep - 18:37 (2011)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl Répondre en citant

ah ouais c'est chaud lol
_________________


merci Jona http://sayana.frbb.net/t3231-36-kit-julie-zenatti
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Barbie Girl
Nous couvre de force et de courage
Nous couvre de force et de courage

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2008
Messages: 2 064
Localisation: Hongrie
Date de naissance: 28/12/1990
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 馬 Cheval

MessagePosté le: Ven 23 Sep - 08:52 (2011)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl Répondre en citant

11eme chapitre: Au restaurant II. – La querelle  
 
Enfin, rien ne se passa entre eux. Ils préferent faire des choses comme ca dans une place plus confortable.

-Fifi, selon moi, on doit arreter… - Laura poussa Fabrizio. Elle savait bien que c’était ce qu’elle devait faire mais elle avait le coeur serré.

-Pourquoi? Tu as peur que Nicolas nous voie?

-Non, mais… C’est pas droit.

-Mais avoue: tu jouis de faire ca – Fabrizio s’appuya au lavabo et regardait Laura qui boutonna son chemisier et se regarda au miroir. Fabrizio l’a prise á la main et l’embrassa.

-Fifi, ne fais pas ca.

-Encore une derniere fois, avant retourner…

Il embrassa Laura sur les levres et mit sa main sur sa taille. Laura ne disait pas non, elle aimait tout ca. Elle adorait la maniere dont Fabrizio l’embrassait et elle ne voulait pas du tout l’arreter. Quand ce baiser prit sa fin, Laura n’ouvrit pas encore ses yeux, en attendant que Fabrizio le recommence. Mais malheureusement, il la décut.

-C’est tout? – dit-elle.

-Pourquoi? C’était bon?

-Ah, non… pas trop… - Laura se sentait penaud.

-Haha, je vois que tu vachement l’aimais! – dit Fabrizio en rigolant. –Mais déso, c’est tout pour aujourd’hui. Ou bon, peut-etre il y aura quelque chose excitante ce soir, si tu attrapes Nicolas…

-Mais c’est pas le meme! – dit-elle.

-Je sais que je suis meilleur, ma chérie, mais on peut rien faire. Je suis comme le café: il est facile de te m’habituer, je fais battre ton coeur et c’est difficile de te déshabituer de moi…

-Toi, petit égoiste.

-Mais bon, j’ai un tas de qualités et j’en suis fier!

-Oui, bien sur, mais maintenant, on devrait retourner. Mais avant partir…

Laura embrassa Fabrizio, tres passionnément, puis elle lui sourit et partit. Fabrizio restait pour un peu de temps parce que ca aurait été tres suspect s’ils retrouvaient ensemble. Et bon, il était encore sous l’influence du baiser…

Quand il retourna, Laura mangeait le dessert, le gateau aux fraises. Des qu’elle vit Fabrizio, elle changa la maniere dont elle mangeait: elle ramassa les fraises du gateau et lécha la creme Chantilly des fruits. Fabrizio essayait de ne pas la regarder mais enfin, il s’apercut qu’il était bouche bée en regardant Laura. Parfois, Laura aussi lui faisait des oeillades coquets mais plutot, elle bavardait avec Nicolas. Cependant, Fabrizio ne se laissait pas faire: il demanda le couple de réunir leurs tables parce qu’il voudrait bavarder avec eux (bien sur, il completement oubliait Céline…)! Finalement, il atteignit son but: ils réunissaient les tables et Fabrizio s’installa juste á coté de Laura. Pour la fille, cette situation était tres embarrassante: á l’opposite, c’est son copain, et aupres d’elle, c’est son amant. Elle détestait ce mot mais elle devait avouer: Fabrizio, ou avec les mots de Laura, „Fifi” était son amant.

-Nicolas – tourna Fabrizio vers le coain de Laura. La fille prit peur parce qu’elle ne savait pas ce que Fabrizio voulait dire á Nicolas. –Je sais pas trop de choses de toi, sauf que tu es le copain de Laura. Raconte-moi quelque chose!

-De quoi tu es curieux?

-Par exemple… Qu’est-ce que tu fais dans la vie?

-J’suis ambassadeur – il buvait quelques gorgées d’eau minérale.

-Oh, c’est… c’est top – Fabrizio était un peu décu. Car en ce cas, ils n’avaient pas de problemes financiers, mais lui… il en avait. Il disait ca: -Alors, il y a un tas d’argent, je suppose – tout le monde pouvait sentir la jalousie dans sa voix.

-Oui, je me plains pas. Et bien sur, Laura non plus – Nicolas embrassa Laura. Fabrizio buvait vite son eau minérale pour se taire et ne pas dire quelque chose tres moche á Nicolas ou bien verser son eau sur lui.

-Aha, je suis sur… - dit-il enfin furieusement. –Mais l’argent, c’est tout?

-Quoi?

-Est-ce que tu donnes quelque chose d’autre á Laura? Je veux dire, á part l’argent… - Fabrizio mit sa main sur les genoux de Laura dessous la table. Elle rougit mais enfin, elle ne tira pas sa jambe.

-Bien sur. Mais selon moi, ca te regarde pas, désolé.

-Tu as tout á fait raison – Fabrizio glissa sa main plus haut sur la cuisse de Laura. –Mais, tu sais, nous, Italiens, nous sommes comme ca. Chez nous, le sex est pas tabou. Mais bon, si vous, Francais, vous etes si timides…

-Hé, hé, arrete! – Nicolas se pencha vers Fabrizio. –J’sais pas quel est ton probleme avec les Francais mais en tous cas, tu commences á m’ennuyer vraiment.

-J’ai pas de problemes avec les Francais. Je suis francais á moitié. En plus, j’adore les nanas francaises – Fabrizio glissa sa main sous la jupe de Laura. Elle se mordit les levres pour comprimer son sourire, et puis, elle poussa la main de Fabrizio.

-Donc, tu as quelque chose avec moi?

-Pourquoi tu penses ca?

-Tu es si con quand tu parles avec moi. Peut-etre, ca te dérange que je gagne plus que toi? Pourtant, en Amérique, tu devais gagner beaucoup.

-En Amérique? – Fabrizio ne comprenait rien. Il regarda Laura qui lui signala avec un petit mais allusif regard que c’est elle qui inventait cette histoire et que Fabrizio devrait jouer son role un peu mieux. –Ah, oui, en Amérique… Bon, j’y gagnais pas trop.

-Hm, peut-etre tu aurais du travailler comme figurant. On en cherche toujours et on les paie assez bien. Cependant, vu ta tete, c’est pas toi qu’on aurait du chercher… Seulement si on cherchait quelqu’un pour le role d’un pauvre et misérable musicien italien!

-Tu vois, c’est encore toi qui me cherche querelle! – Fabrizio caressait la cuisse de Laura.

-Mais c’est pas moi qui l’a commencé!

-Hé, arretez! – dit Laura enfin. –N’en venez pas aux mains pour cette betise! Prenez en considération qu’il y a deux dames avec vous – elle poussa la main de Fabrizio.

-Tu as raison, Laura. Selon moi, on devrait partir, non? – demanda Nicolas, en regardant Fabrizio avec un regard foudroyant. Fabrizio essayait de glisser sa main sous la jupe de Laura á nouveau mais Laura tira sa jambe, et, en sourant, lui donna un coup de coud.

-D’accord, allons.

-Garcon! L’addition, s’il vous plait!

Dans cinq minutes, Laura et Nicolas dirent au revoir á Fabrizio et Céline. Fabrizio était encore tres furieux qu’il ne réussissait pas beaucoup énerver Nicolas.

-Hé, Nicolas! – cria-t-il apres le couple. –Sois fier de ta nana. Apprécie-la beaucoup parce que tu trouves pas une fille comme ca dans tous les coins.

-Je sais. Je t’aime Laura et j’ai pas besoin de tes conseils.

-OK, mais fais attention: peut-etre un jour, tu seras laissé tomber…

Apres ils étaient partis, Fabrizio encore faisait la gueule pour longtemps. Parfois, Céline le regarda mais il évitait son regard.

-Fabrizio…

-Quoi?

-Je voudrais demander si on reste ici pour longtemps.

-Pourquoi?

-Parce que je crois qu’on devrait partir.

-Moi, je reste ici.

-Alors, tu m’emmenes pas chez moi?

-Déso, je te commande un taxi.

-Fabrizio, qu’est-ce que tu as?

-J’sais pas! J’en ai marre de tout le monde!

Fabrizio sauta et courut aux toilettes. Quand il retourna, Céline était déjá partie.



_________________
Revenir en haut
MSN
Ze Lamélie
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Oct 2008
Messages: 18 410
Date de naissance: 14/11/1981

MessagePosté le: Ven 23 Sep - 17:12 (2011)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl Répondre en citant

ah oui c'est chaud là lol
_________________


merci Jona http://sayana.frbb.net/t3231-36-kit-julie-zenatti
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:02 (2017)    Sujet du message: Les histoires de Barbie Girl

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La Boite de Julie Zenatti Index du Forum -> La Boite des Zens -> Le Talent des Zens -> Textes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com